Historique du Collège Saint-Henri

Naissance du collège

En février 1939, Monsieur l'abbé De Brie, Principal du collège de Menin, reçoit la mission de construire l’école moyenne libre de Comines.  Ce sera cependant l'abbé Arthur Camerlynck qui assurera la mise en œuvre du projet de l'architecte Nolf de Torhout, qui prévoyait l'érection de 4 classes, 1 étude, 1 vestiaire et le logement de 4 professeurs.

La construction de ce 1er bâtiment, le long de la rue du Commerce, fut autorisée par le Conseil échevinal de Comines en sa séance du 29 juin 1939.  Les travaux démarrèrent aussitôt.  Le 26 septembre 1939, 54 élèves entamaient la première année d’existence du Collège.

Situation pendant la guerre

La guerre entraîna le ralentissement des travaux; malgré cela le collège entrait dans ses murs, rue du Commerce, le 1er mai 1940.  L’offensive allemande provoqua l’interruption des cours du 10 mai au 10 juin.  Les locaux furent occupés dès le 10 mai par des troupes belges, françaises, anglaises, puis allemandes lors de la Bataille du Canal.  Ces armées y occasionneront les dégâts que l’on imagine.  A partir de Pâques 1944, devant la menace constituée par le bombardement des alliés, les élèves furent évacués dans diverses fermes de la région.

col44.jpg (58454 octets)

Le corps professoral au complet (primaire et secondaire)  en mai 44 (12 prêtres et 10 laïcs).

profs51.jpg (80726 octets)

Le corps professoral primaire et secondaire (année scolaire 51-52)

Tout en haut de gauche à droite: Michel Moeneclaye, Georges Dujardin, Ghislain Van Achter, Paul Deleersnijders, Pierre Dendoncker, Jean-Marie Lepers, Arthur Romarin, René Quaeghebeur, Jean Wiame

3e rangée: Fernand Terryn, Eugène Vantomme, Joseph Deprez, Jan Koevoets, Henri Retsin, Roger Parez, Hubert Wéron, Vital Mahieu, Gérard Verbeke

2e rangée: Pierre Michel, Emile Demuysere, Gérard De Clerck, Albert Versailles, Aymar Michiels, Guido Van Eecke, Léopold Wyseur, Joseph Bossu, Arthur Vanhuysse

Tout en bas: Joseph Hubaut, Paul Van Raes, Marcel Mercier, Lucien Van Belle, Arthur Camerlynck, Noël Dumont, Albert Michiels, Albert Pillyser, Léopold Debruycker

L'institut

Les statuts de l'Institut Saint-Henri furent publiés au Moniteur le 29 août 1963.  L'institut regroupe en sus de la section gardienne et primaire du collège et de la section secondaire, l'école primaire libre des garçons du Bizet, les écoles paroissiales du Bizet et de Ploegsteert, l'école primaire libre des garçons de Warneton, l'école primaire des filles de Warneton, l'école gardienne du Gheer, l'école primaire libre d'Houthem.  Depuis 1966, l'institut comprend également une école primaire spéciale, dénommée "Les Aubiers".  Aujourd'hui, ce sont 13 implantations qui rassemblent pas moins de 225 personnes, tant enseignants qu'administratifs ou personnel d‘entretien.

L’internat

Ouvert en 1943, l'internat (7 élèves) comptait 35 pensionnaires disséminés un peu partout au Collège et en ville, en 1945.   En janvier 1946, chacun des 135 internes disposa d’une chambre à coucher pourvue d’eau courante.

L’année scolaire 1956 – 1957 voit une révolution: les internes rentrent chez eux tous les quinze jours.  Après avoir connu des années fastes jusque vers 1970, l'internat a vécu une lente érosion, rythmée par le départ progressif des abbés qui en assuraient bénévolement la charge.   Aujourd'hui, il regroupe encore quelque 70 élèves suivant les cours soit au collège, soit à l‘IND, soit au collège Saint-Joseph.

La chapelle

La chapelle fut inaugurée le 19 mars 1960 et consacrée officiellement à Saint-Joseph par Monseigneur De Smedt, le 10 juin 1961.

document: un article dans le Patriote Illustré du 6 octobre 1968 (table ronde des jeunes avec comme thème la contestation

La mixité

Dès la rentrée 77, les sections latines et commerciales devinrent mixtes dans les classes de base.  La mixité fut élargie en septembre 1980 aux trois premières années de la section primaire et, en septembre, au cycle primaire complet.

La mixité dans le corps professoral

L'arrivée de l'abbé Menet à la direction, en septembre 1976, coïncida avec l'entrée en force de l'élément féminin parmi le corps professoral de la section secondaire.  Mme Françoise Clabecq, qui avait tenu le rôle d'éclaireur en 1973, fut suivie en 1976 de Mme Monique Dujardin et de Mme Nicole Cuvelier.  En 1989-90, elles sont 30 femmes sur un effectif global de 73 professeurs, surveillants éducateurs et personnel administratif de la section secondaire du collège.  Aujourd'hui, elles sont 59 sur 93, soit 63%.

La salle de sports

Le lundi 10 avril 1989, la firme Valcke entreprit les travaux de terrassement de la nouvelle salle de sport conçue selon les plans de 3 anciens élèves Herman Delevoye, Joseph Demuysère et Frédéric Domicent, architectes. Le bâtiment fut inauguré le 27 avril 1990.

La direction

Le chanoine Arthur Camerlynck assura la direction du tout jeune collège dès 1939.  Il fut secondé à partir de 1948 par l'abbé Van Belle qui assuma la charge d'économe.  Celui-ci eut pour successeur de 1956 à 1958 l'abbé De Jaegere.  L'abbé Guy Muylle prit le relais en 1958 et s'identifia pendant 27 ans avec le poste de directeur-économe.

fichier audio: description du collège et présentation de la clique par le  Chanoine Camerlynck (juin 1950)

fichier audio: les adieux du  Chanoine Camerlynck (1961) 1ère partie

fichier audio: les adieux du  Chanoine Camerlynck (1961) 2ème partie

Entre-temps, le chanoine Camerlynck avait passé le flambeau de la direction à l'abbé Aymar Michiels en 1961.  Le 1er septembre 1976, l'abbé Louis Menet, Cominois d‘origine et ancien élève, prit la relève. Le poste de directeur-économe était occupé depuis 1985 par l'abbé Michel Voiturier.  La rentrée de 1991 fut l'occasion d'un véritable séisme avec la nomination de MM. Luc Nuttens et Michel Vandelannoitte, deux laïcs, aux postes de directeurs.  En septembre 2000,  après le départ en pré-retraite de Michel Vandelannoitte, Mr. Jean-Jacques Pieters occupa la fonction de sous-directeur.

Depuis  janvier 2006, l'Institut Saint-Henri est piloté par un nouveau binôme directorial: Mr Jean-Jacques Pieters qui devient directeur et Mr Didier Lecomte, ancien professeur au Collège technique Saint-Joseph, qui devient sous-directeur.

Le théâtre

L'histoire du théâtre au collège Saint-Henri se confond avec l‘histoire du collège.  Dès les origines, la direction avait compris que le théâtre pouvait être un merveilleux ambassadeur, une extraordinaire vitrine de la formation dispensée, un formidable outil pédagogique.   De „Don Quichotte" en 1941 à "Drôle de salade à la cusine" en mars 2007, la troupe des Compagnons de Saint-Henri, composée tantôt d‘élèves tantôt de professeurs et d‘élèves, a donné plus de cinquante spectacles, soit en fait un par an.

M. Bouckhuyt